Accueil » Patrimoine » Le canot de sauvetage

Omonville la Rogue

Un patrimoine protégé, choyé, classé plus beau village de France.

Le canot de sauvetage

La station de sauvetage d’Omonville la Rogue fut créée en 1866, à l’initiative de la société centrale de sauvetage des naufragés.
Le canot avait une longueur de 10 mètres ; son rôle d’équipage était de 18 personnes, mais seules 10 à 12 d’entre elles, participaient aux sauvetages.
L’alerte était donnée par un villageois, qui parcourait la commune avec une trompe, pour rassembler les sauveteurs. En cas de nombre insuffisant, il y avait toujours des volontaires pour remplacer les manquants.

Le lancement du canot n’était pas très simple. Comme il était monté sur un chariot, il fallait, pour accéder jusqu’au rivage, le port ne possédant pas de cale d’accès à la mer, faire descendre tout l’ensemble en passant sur les galets. Seul moyen pour y parvenir : disposer des paillots sous les roues du chariot.
Lorsque le naufrage était trop éloigné d’Omonville, le canot, tiré par des chevaux, était emmené, par la route, sur le point de la côte le plus proche du naufrage.
Il est à préciser que cette station n’a été, jusqu’ à sa dissolution en 1940, équipée que de canots à rame et à voiles.
Elle continua à fonctionner en effectuant des sauvetages, jusqu’ ‘en 1949, avec des bateaux de pêche locaux.

Les sauveteurs Omonvillais effectuèrent de nombreuses sorties, dont certaines, conjointement avec la station de Goury, épargnant ainsi un grand nombre de vies humaines.
La station était équipée d’un canon lance-amarres, en cas de naufrage à la côte à proximité du port. Celui-ci se trouvait dans l’actuel abri des pêcheurs.
Au cours des siècles passés, bien avant la création de cette station de sauvetage, les marins d’Omonville se distinguèrent par leur courage, et furent cités pour avoir effectué de nombreux sauvetages au péril de leur vie.